Calligraphie chinoise

Présentation

Code complexe, l’écriture chinoise est élaborée grâce à un nombre restreint de traits élémentaires et de clés.

Toutefois, en les combinant on peut former une multitude de sinogrammes.

Le répertoire graphique et calligraphique est donc extrêmement vaste, d’autant plus que les calligraphes peuvent adopter l’un ou l’autre des cinq principaux styles scripturaux.

Historiquement, l’écriture chinoise a très tôt dépassé son rôle de moyen de communication, utile à exprimer une pensée.

Au travers de la calligraphie, elle s’est élevée au rang d’art, au même titre que la peinture avec laquelle elle partage les techniques et les instruments. Du point de vue esthétique, la calligraphie est l’art du trait par excellence.

Mais celui-ci n’est pas une simple ligne géométrique comme dans la conception occidentale.

Le trait doit être dynamique et totalement autonome, il doit posséder sa propre vie, et c’est là la principale préoccupation du calligraphe.

Calligraphie

Au XIIIe siècle, à l’époque de Wang Mian, la calligraphie était enseignée comme une des "Trois Perfections du lettré" avec la poésie et la peinture.

Jadis, artistes, écrivains ou poètes renommés étaient aussi d’excellents calligraphes. Un proverbe chinois exprime la force de cet art : "Le tracé des caractères réfléchit l’esprit de l’homme". C’est un révélateur de la personnalité de l’artiste. Sous l’empire, les examens qui ouvraient l’accès au pouvoir, exigeaint la connaissance des classiques confucéens, un style littéraire soutenu et une calligraphie sans défaut.

Calligraphie à Zhouzhuang

Les calligraphies sont traditionnellement montées en rouleaux horizontaux ou verticaux. Elles sont conservées roulées, rangées dans des coffrets de bois et ne sont ouvertes que pour être présentées à des invités de marque.

Les quatre trésors du lettré

Le nécessaire d’un calligraphe comprend au moins quatre instruments : le pinceau, l’encre, la pierre à encre et le papier.

Set de calligraphie

L’éducation tradionnelle reposait sur leur maîtrise.

Le pinceau

La calligraphie chinoise utilise une grande variété de pinceaux et chaque calligraphe peut ainsi choisir entre des modèles de dimensions et de formes différentes en fonction de ses dispositions. Les pinceaux sont fabriqués avec des fibres de bambous ou des poils d’animaux comme la chèvre ou le loup (souple), et le cheval (dur)… La qualité des poils est très importante et l’on distingue plusieurs gammes de pinceaux plus ou moins souples selon le matériau utilisé. Les poils forment une pointe flexible, pour tracer des traits d’épaisseur variable. Les grands caractères exigent de gros pinceaux. Certains ont un manche de la taille de celui d’un balais. Ils sont utilisés dans les parcs pour calligraphier à l’eau sur les dalles.

L’encre

Outre l’encre de Chine liquide, que l’on connaît sous nos latitudes, le calligraphe chinois utilise fréquemment l’encre de Chine solide, présentée sous forme de bâton. Sa composition, qui intègre du noir de fumée et de la colle, est tenue secrète. Avant d’être utilisée sous cette forme, elle doit être diluée avec de l’eau sur la pierre à encre.

La pierre à encre

La pierre à encre possède une surface légèrement rugueuse sur laquelle est frotté le bâtonnet à encre.

Pierre et encre pour calligraphie

C’est un objet solide, généralement en pierre mais parfois en jade, en métal ou porcelaine, qui pouvait jadis être orné du nom du calligraphe ou de poèmes.

Le papier

Appelé "papier de riz", le papier est fabriqué à partir d’écorce et de paille de riz. Très absorbant, il n’autorise aucune rature ni retouche.

Sceaux

Une calligraphie achevée doit être "signée" à l’aide du sceau de l’artiste.

Signature d'une calligraphie à l'encre rouge

L’encre rouge utilisée contraste avec les tracés à l’encre noire.

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *