Le paysage ethnique de la Chine

Partagez sur

Du fait que 92% de ses habitants appartiennent à l’ethnie Han, la Chine pourrait donner l’impression d’un pays homogène. Pourtant la Chine est un carrefour ethnique et culturel. Le peuple chinois est un patchwork de populations différentes. Cette population est composée d’une ethnie majoritaire, les Han, et de 55 ethnies minoritaires.

chinaethnicmap

Les Han – le peuple fondateur de l’empire du Milieu – sont les principaux gardiens de la tradition chinoise. Du IIe siècle av. J.-C, au IIe siècle après J.-C., cette dynastie régna sur le pays et façonna la civilisation de la Chine.

Les Hui parlent la même langue et appartiennent à la même ethnie que les Han, mais se différencient par leur religion car ils sont musulmans.

2014-06-Xian-Hui-01

Parmi les principales minorités, on distingue : le groupe tibéto-birman, qui comprend notamment les Tibétains, les Qiang et les Naxi : le groupe thaï, qui rassemble les Miao, les Yao et les Dong ; et d’autres peuples comme les Kajaks, les Kirghizes, les Tadjiks et les Ouïgours. Ces peuples, qui ne comptent que pour 8% de la population totale, ont en revanche une vaste assise territoriale : ils occupent en effet plus de 50% de la superficie du pays sur toutes les zones frontalières, de la Russie au Vietnam, qui leur donne une importance stratégique.

2013-06-Beijing-Chinoises-Costume-Ethnique-01.jpg

Dans les années 50, le pouvoir central a mis en place un système d’autonomie régionale où les ethnies sont majoritaires. Cette autonomie s’exprime à travers la mise en place d’un réseau de districts, de préfectures et de régions autonomes. Les cinq plus grandes ethnies minoritaires disposent de leurs propres régions autonomes. Les Zhuangs habitent la région autonome du Guangxi, les Hui vivent dans la région autonome du Ningxia, les Ouïgours peuplent la région autonome du Xinjiang, les Mongols résident en Mongolie intérieure, les Tibétains se concentrent dans la région autonome du Tibet.

Longtemps opprimées, les ethnies minoritaires jouissent depuis les années 1980 d’une protection de leurs cultures et de leurs traditions. Elles sont notamment libres de parler leur langue, de pratiquer leur religion, de maintenir leur culture et leurs traditions. Les membres des ethnies minoritaires ne sont pas assujettis à la politique de l’enfant unique.

Deux ethnies minoritaires remettent en cause l’unité nationale de la Chine en raison de leurs velléités séparatistes : les Tibétains et les Ouïgours.

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *